En ce moment: 2 volumes de la collection Vérité des mythes achetés = 1 entrée pour l'Exposition Titanic offerte au 40 premières commandes. Il reste encore quelques places, profitez-en ! Tous les détails ici.

 

 

papyrus.jpg


Le papyrus de Derveni, texte présenté, traduit et annoté par Fabienne Jourdan, Les Belles Lettres, collection Vérité des mythes, 2003, broché, XXXII – 198 pages, 22.40 €.

 

« On trouvera ici, accompagnée d’un commentaire et pourvue d’un lexique raisonné, la première traduction française intégrale de ce texte qui propose d’abord un commentaire de certaines pratiques religieuses, puis élabore une interprétation cosmologique de ce qui serait la première version de la théogonie orphique.

L’ancienneté du papyrus, ses références à l’orphisme, ses considérations philosophiques qui permettent notamment de reconstituer un fragment d’Héraclite et la virtuosité de son exégèse, font de ce document un témoignage d’un intérêt incomparable pour l’histoire de la religion, de la philosophie et de la littérature dans l’Antiquité classique. » Présentation complète de l’éditeur ici.

 

 

Cet ouvrage est la première édition française d’un papyrus découvert en Grèce continentale en 1962. Destiné à l’origine à être brûlé sur un bûcher funéraire, le rouleau qui mesurait environ trois mètres de long échappa aux flammes et fut  carbonisé, ce qui a permis de le conserver tout en rendant compliqué son déroulement.

L’ouvrage en son entier  illustre parfaitement la méthodologie rigoureuse du papyrologue. Fabienne Jourdan rend compte tout d’abord de la difficulté d’établir une datation précise, qu’elle situerait entre la fin du IVe siècle et le début du IIIe avant notre ère. Elle en présente ensuite le contenu et détaille chaque colonne du papyrus. Il s’agit d’un commentaire sur les rites et la théogonie orphiques dont l’auteur reste inconnu. L’auteur anonyme va interpréter les vers orphiques pour établir une cosmogonie en accord avec ses propres principes de la physique, à savoir que la naissance du cosmos repose sur un antagonisme entre le chaud et le froid. Selon ce commentateur, cette cosmogonie serait sous-jacente à la théogonie d’Orphée et les vers du poète auraient par conséquent une portée plus scientifique pour qui est capable de décrypter leur message. Analysant chaque vers du poème, il entend prouver que les écrits d’Orphée contiennent un sens caché. L’hypothèse de Fabienne Jourdan est que nous avons peut-être affaire aux vers d’une première version de la théogonie orphique.

La seconde partie de l’ouvrage donne la  transcription du texte grec et sa traduction française en regard, accompagnée d’un apparat critique. Des notes complémentaires très détaillées et un lexique de mots grecs complètent cette édition du papyrus.

Mélanie Mougin

 

 *

Fabienne Jourdan est également l’auteur de deux volumes sur la réception du mythe d’Orphée dans la littérature chrétienne grecque, parus dans la collection Anagogê en  2010 et 2011.


Elle a également traduit, introduit et annoté l’édition du Poème judéo-hellénistique attribué à Orphée, paru dans la collection Fragments en 2010.

 

 

Pour plus d’ouvrages sur Orphée et l’orphisme, consultez ici notre bibliographie

*

Vos libraires vous présentent la collection Vérité des mythes, retrouvez les ouvrages déjà recensés:


Vérité des mythes: La Quatrième fonction ou les figures du Non-Ordre

Vérité des mythes: Aristophane / Le personnage du mythe au théâtre

Vérité des mythes: Les lamelles d'or orphiques, La fin du monde


Retour à l'accueil