Le Moyen Âge inspiré

Inventions, symboles et mentalités

 Gentile-da-Fabriano-Quaratesi-Altarpiece-St_-Nicholas-sav.jpg

 

Rencontre- signature avec Alain Boureau, Michel Pastoureau et Silvano Serventi

Jeudi 19 janvier 2012 à 19h

Librairie Guillaume Budé – Les Belles Lettres, 95 boulevard Raspail, 75006 Paris.

 

Afin de nuancer la légende toujours tenace d’un Moyen Âge « noir », obscurantiste et grossier, cette soirée vous propose de faire revivre la richesse symbolique et l’esprit d’innovation d’une civilisation au legs plus important que nous nous l’imaginons. De l’invention des lunettes et du jeu d’échecs aux emblèmes et fabuleux bestiaires en passant par l’histoire de la démonologie, nos trois intervenants vous convient à une plongée rafraîchissante dans ce que les rêves et les sensibilités médiévales ont pu produire de plus étonnant, spectaculaire, étrange ou merveilleux.

 

 

frugoni 

 

Chiara Frugoni, Le Moyen Âge sur le bout du nez, traduit de l’italien par Silvano Serventi, Les Belles Lettres, coll. Histoire, 2011.  

Non, le Moyen Âge n’est pas réductible à une période sombre et « moyenne », deux caractéristiques contre lesquelles un Jacques Le Goff, qui signe ici la préface du livre, ou un Georges Duby, n’auront eu de cesse de s’élever durant leur prolifique carrière. Chiara Frugoni elle aussi, dans cet étonnant opus paru en 2001 en Italie et traduit cette année par Silvano Serventi pour les Belles Lettres, livre sa vision personnelle et passionnée de ce que nous devons aux grands inventeurs comme aux petits de cette époque finalement mal connue. Ces inventions pratiques (le bouton, la boussole, les pâtes alimentaires) ou plus conceptuelles (le Purgatoire, le chiffre zéro, le Père Noël) ont complètement bouleversé la vie quotidienne du plus humble au plus éminent des protagonistes d’alors. Sans prétendre à l’exhaustivité mais en proposant ce qu’elle nomme son « bouquet » émerveillé et plein de gratitude, elle appuie son style érudit mais alerte sur une iconographie magnifique et pour une grande part inédite, reproduite en couleurs.

« Au fil des pages, on revisite autrement la société médiévale et l’on apprend même l’origine de l’expression « c’est une autre paire de manches ! », qui fait référence aux manches amovibles destinées à éviter les lessives. Bien mieux qu’un guide, Chiara Frugoni nous transporte dans ce petit bijou d’érudition et de malice avec des découvertes à chaque page. » Livres Hebdo, 11 novembre 2011.  

Historien de la gastronomie, sujet sur lequel il a publié plusieurs ouvrages, dont La Gastronomie à la Renaissance, Silvano Serventi est le traducteur du Moyen Âge sur le bout du nez de Chiara Frugoni, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Rome La Sapienza. Spécialiste de l’histoire des sensibilités et des représentations médiévales, cette dernière est l’auteur d’un livre de référence sur Saint François d’Assise (éditions Noesis, 1997), que Jacques Le Goff présentera comme « un éclairage inédit sur une aventure spirituelle extraordinaire. »  

 

Pastoureau--Michel--Histoire-symbolique-du-Moyen-Age-occide.jpg 

 

Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Seuil, coll. Librairie du XXe et du XXIe siècles, 2004.

  Les procès intentés aux animaux, la mythologie du bois et des arbres, le bestiaire des fables, l'arrivée du jeu d'échecs en Europe, l'histoire et l'archéologie des couleurs, l'origine des armoiries et des drapeaux, l'iconographie de Judas, la légende du roi Arthur et celle d'Ivanhoé: tels sont quelques-uns des sujets traités par Michel Pastoureau dans cette Histoire symbolique du Moyen Âge occidental qui connaît depuis sa parution en 2004 un grand succès en librairie.

Partout, Michel Pastoureau souligne avec force combien cette histoire symbolique des animaux et des végétaux, des couleurs et des images, des signes et des songes, loin de s'opposer à la réalité sociale, économique ou politique, en est une des composantes essentielles.

Michel Pastoureau est directeur d’études à l’E.H.E.S.S. et à l’E.P.H.E., ainsi que correspondant français de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Diplômé de l’école des Chartes au début des années 1970, il contribue alors fortement à renouveler des sciences héraldiques longtemps dédaignées et publie sur ce thème un magnifique et savant Traité d’héraldique, publié aux éditions Picard (deuxième édition 2008). Ayant pour domaine de recherches l’histoire de la symbolique médiévale, il occupe depuis près de trente ans la chaire correspondante à l’École Pratique des Hautes Etudes. Outre ses essais référents sur les emblèmes et blasons, il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire des couleurs (Noir (2008) ; Bleu (2000) ; Les couleurs de nos souvenirs, qui obtient le Prix Médicis en 2010), la symbolique des tissus (L’étoffe du diable. Une histoire des rayures et des tissus rayés (1991)) ou des animaux (L’Ours. Histoire d’un roi déchu (2007) ; Le cochon : histoire d’un cousin mal aimé (2009)). Son dernier ouvrage paru fin 2011, Bestiaires du Moyen Âge, relié et richement illustré aux éditions du Seuil, victime de son succès pendant les Fêtes, se trouve en cours de réimpression chez l’éditeur. Vous le trouverez à nouveau disponible en librairie courant février 2012.

 

 Boureau, Alain - Satan hérétique

 

Alain Boureau, Satan hérétique, histoire de la démonologie (1280-1330), O. Jacob, 2004.  

Si la démonologie est aisément associée à la chasse aux sorcières et aux bûchers, Alain Boureau nous rappelle dans cet ouvrage les racines intellectuelles de cette « discipline » inventée par les scolastiques du XIIIe et XIVe siècle et dont l’objet est de définir les relations entre les hommes et les démons.

 

Son livre dépeint ainsi la constitution de cette démonologie inédite. Comment le pacte avec le diable annulait celui avec Dieu, ciment des communautés humaines. Comment la possession témoignait d'une fragilité de la personnalité humaine, perméable aux influences surnaturelles.

Il nous rappelle surtout une entrée somme toute tardive de l’intérêt envers ces démons dans la théologie chrétienne. La « hantise du diable » à laquelle on a coutume de résumer toute cette période ne constituait donc pas un des aspects essentiels du christianisme médiéval, mais elle ravit certes rapidement les esprits. Inspirés, ou possédés ?  

Spécialiste de l’histoire intellectuelle du Moyen Âge, Alain Boureau est directeur d’études à l’E.H.E.S.S., où il a fondé le Groupe d’anthropologie scolastique. Ses premiers travaux, publiés dans les années 1980, portent notamment sur La Légende dorée de Jacques de Voragine ou la figure légendaire autant que paradoxale de la Papesse Jeanne. Tout au long des vingt années suivantes, Alain Boureau va explorer plus profondément encore le rôle du récit dans la construction de l’État et les liens unissant philosophie politique, droit et théologie. Concentrant ses recherches sur la période s’étendant du XIe au XIVe siècle, il s’intéresse également à la naissance de la démonologie dans un livre devenu classique, Satan hérétique, et analyse la pensée scolastique dans une série d’ouvrages parus aux Belles Lettres.  « Alcoolique de la scolastique », comme il l’écrit dans En Somme, son dernier livre aux éditions Verdier, Alain Boureau co-dirige aux Belles Lettres depuis plusieurs années la collection Histoire et depuis l’année dernière la « Bibliothèque scolastique » qu’il a créée, et au sein de laquelle il a déjà traduit certains traités de Richard de Mediavilla et Pierre de Olivi.

 

Entrée libre. Merci de confirmer votre participation  au 01 44 39 84 21 ou d’écrire à librairie@lesbelleslettres.com

 

Une sélection d’ouvrages passionnés, curieux et savants accompagnera cette présentation.

 

 

(Crédits: Gentile da Fabriano, Miracle de saint Nicolas, tableau, 1425. Rome, Pinacoteca Vaticana.)

Retour à l'accueil