lucrece.gif

 

CHANT I

 

Nourricière Vénus, plaisir des dieux, des hommes,

Tige d'Enée, peuplant sous les astres célestes

La mer chargée de nefs, la terre aux mille fruits,

Grâce à qui est conçue, naît, voit briller le jour

Toute espèce vivante, ô toi de qui l'approche

Fait fuir les vents, Déesse, et chasse les nuées,

La terre en fin travail sous toi de douces fleurs

Se jonche, pour toi rit la mer plane, pour toi

Le ciel s'apaise et s'illumine et resplendit !

 

 

 

La suite ici: Lucrèce, De Rerum Natura / De la nature, nouvelle traduction d'Olivier Sers, Les Belles Lettres, 515 pages, édition bilingue, 19,50 €. Vient de paraître.

 

 

"Il faut parler avec respect de Lucrèce." Gustave Flaubert.

 

Retour à l'accueil