« Je ne sais s’il y a jamais eu sur la terre un homme plus digne de respect qu’Alfred le Grand, qui rendit ces services à la patrie, supposé que tout ce qu’on raconte de lui soit véritable. […] L’histoire, qui d’ailleurs ne lui reproche ni défaut ni faiblesse, le met au premier rang des héros utiles au genre humain, qui, sans ces hommes extraordinaires, eût toujours été semblable aux bêtes farouches. »
 

Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations et sur les principaux faits de l’histoire depuis Charlemagne jusqu’à Louis XIII (1756)

 

2013-08-14-14.12.07.jpg

 

Asser, Histoire du roi Alfred, présentation et traduction d'Alban Gautier, d'après l'édition de William Henry Stevenson, Les Belles Lettres, coll. Classiques de l'histoire au Moyen Âge, XCVI-376  pages, 45 €.

 

L'Histoire du roi Alfred (connue aussi sous le titre Vie d’Alfred) représente une source majeure de l’histoire de l’Angleterre au IXe siècle. Œuvre d’Asser, clerc d’origine galloise ayant appartenu à l’entourage du roi ouest-saxon Alfred (871-899) et futur évêque de Sherborne, le texte se présente comme écrit du vivant du roi, en 893. Alfred, né en 849, était le cinquième et dernier fils du roi Æthelwulf de Wessex et de sa première épouse Osburh. En 871, il succéda à son frère Æthelred comme roi des Ouest-Saxons, puis il s’intitula « roi des Anglo-Saxons » à la fin des années 870, sans jamais contrôler la totalité de ce qui deviendrait au siècle suivant le royaume des Anglais. Un mythe s’est peu à peu construit autour du personnage du roi Alfred « le Grand », dont l’Histoire est la pierre de touche. Alfred est célèbre pour avoir organisé la défense du royaume contre les Danois (les vikings), mais aussi pour avoir encouragé la composition d’ouvrages en langue anglaise.

 

Principes d’édition. L’œuvre d’Asser, qui constitue pour partie une traduction latine de la Chronique anglo-saxonne, a été redécouverte au XVIe siècle dans un manuscrit unique aujourd’hui perdu : elle est aujourd’hui connue par des éditions et des transcriptions modernes, mais aussi à travers quelques auteurs latins qui l’ont utilisée au cours du Moyen Âge. Le texte latin est repris de l’édition de W. H. Stevenson (1904), qui représente aujourd’hui encore l’édition standard. L’apparat critique est réduit au minimum, c'est-à-dire aux (très rares) cas où Alban Gautier choisit de s’éloigner de l’édition de Stevenson et à quelques variantes éclairantes dans une optique historique.

L’introduction reprend l’histoire du texte, puis expose le milieu dans lequel l’Histoire a été produite, entre Angleterre et pays de Galles, d’où Asser était originaire. Asser est ensuite présenté : sa carrière, son milieu intellectuel (assez difficile à connaître : le pays de Galles du IXe siècle est mal connu). On présente aussi le contexte historique de la vie d’Alfred et l’entreprise culturelle et intellectuelle qu’il mena, dans laquelle s’inscrit l’Histoire (sa constitution d’une « école palatine », son programme de traductions du latin vers le vieil anglais, son intérêt pour l’histoire). Enfin, on se penche sur le débat qui a régulièrement surgi au cours des deux derniers siècles au sujet de l’authenticité de l’œuvre : face à plusieurs auteurs sceptiques, on réaffirme que l’œuvre a bien été écrite à la fin du IXe siècle dans l’entourage du roi. Des notes complémentaires se penchent sur divers points qui ont retenu les spécialistes, en particulier dans le cadre du débat sur l’authenticité du texte : le système de datation utilisé par l’auteur, la généalogie du roi, la question de son apprentissage de la lecture et le problème de ses maladies.

Enfin, l’ouvrage présente deux documents traduits du vieil anglais, qui expriment la vision et la volonté du roi Alfred et qui rencontrent des échos importants dans l’Histoire d’Asser : les préfaces et l’épilogue à sa traduction du Pastoral de Grégoire le Grand, textes programmatiques exposant les principes de son entreprise intellectuelle ; et son testament, qui met en lumière les tensions qui existaient au sein de la famille royale au moment où Asser écrivait son Histoire.


À retrouver le 22 août en librairie.


Consulter la fiche éditeur.

 


 

Retour à l'accueil