Article de Gaëtan Flacelière.

 

de-castro-japon.jpg

 

La découverte du Japon par les Européens (1543-1551), édition de Xavier de Castro, préface de Rui Loureiro, Chandeigne, 416 pages, 29€.


COMMANDER CHEZ NOUS

 

« Cypangu est une île au Levant, qui est en haute mer à 1500 milles de la terre [la Chine], et moult grandissime. Les gens sont blancs, de belle manière et beaux. Ils sont idolâtres et se gouvernent par eux-mêmes […] Ils ont de l’or en grandissime abondance, parce que l’or se trouve ici outre mesure. »

 

Ainsi commence, dans le manuscrit le plus ancien qu’il nous reste du Livre des Merveilles de Marco Polo, la brève relation d’une île fabuleuse, à demi-mythique, que les Chinois désignent sous le nom de Jih-pen-kuo, « Pays du Soleil Levant ». Le grand voyageur vénitien n’en a point vu les rivages et aucun pied occidental n’en foulera le sol avant le milieu du XVIe siècle, mais la légende d’une terre aux richesses infinies, déjà colportée par les géographes arabes et persans, frappe puissamment l’imagination facilement enfiévrée des Européens. Bien qu’il figure à de nombreuses reprises sur diverses cartes tout au long du quinzième siècle, de façon plus ou moins exacte, l’archipel disparaît des sources écrites pendant plus de 170 ans, brièvement évoquées dans quelques écrits ibériques, dont le Journal de Colomb édité par Las Casas, qui semble d’ailleurs avoir confondu le Japon avec Hispaniola. Les Espagnols abandonnent définitivement la quête de Cipango en 1526 pour se concentrer sur leurs possessions dans les « Indes occidentales ». Leurs rivaux portugais, pour leur part, fondent un puissant Empire commercial en Asie, dont le destin sera intimement lié à celui de la découverte du Japon. Ce sont en effet des sujets de la couronne lusitanienne qui, de manière fortuite, ayant dérivé après un typhon, aborderont l’île de Tanegashima (1543).

Très vite, de lucratifs négoces s’engagent entre les marchands portugais, la Chine et certaines seigneuries plus ou moins libérées de la contraignante autorité du pouvoir central de l’archipel. Quelques années plus tard, en 1549, pensant que « notre Sainte Foi s’y propagerait mieux qu’en aucune autre partie de l’Inde », la Compagnie de Jésus alors récemment créée dépêche un de ses fondateurs, le père François Xavier, afin d’y diffuser les paroles du Christ et, si possible, gagner le cœur des notables locaux.

 

Sous la forme de récits, rapports, chroniques, extraits de correspondances, le beau livre des admirables éditions Chandeigne rassemble les premières impressions de différents protagonistes, missionnaires, capitaines de navires, marchands, bourlingueurs, chacun apportant un éclairage particulier sur une « découverte qui n’est pas seulement la confirmation de l’existence de Cipango, mais aussi surtout la révélation d’une langue, d’un peuple, d’une géographie,  d’une organisation sociale, d’une façon de vivre, en somme, aux antipodes de la leur. Les Européens sont d’ailleurs sincèrement émerveillés par « les caractéristiques les plus flagrantes de ses habitants : une hospitalité accueillante, une civilité très élaborée et une curiosité insatiable pour les nouveautés ».

 

Une passionnante introduction initie le néophyte au complexe contexte géopolitique de l’Asie du Sud-Est au moment où le Portugal y crée ses factoreries et ses dépôts, aux relations de « voisinage » parfois difficiles, notamment avec le « Céleste Empire », et éclaire les relations entre les Jésuites et les Japonais, à la fois bienveillantes, émouvantes, respectueuses et bientôt rendues impossibles par une instabilité politique qui menace la vie même des religieux. Suit un superbe cahier de quarante pages reproduisant les premières cartes du Japon, qu’elles soient japonaises, coréennes ou occidentales, accompagnées d’explications détaillées et de toutes les références qui seraient nécessaires pour approfondir le sujet. Une bibliographie et un index onomastique, géographique et thématique achèvent cet ouvrage remarquable sur le fond comme sur la forme.


Atlas, beaux livres et récits de voyage vous attendent dans une chatoyante galerie virtuelle à ce lien, et bien entendu à la librairie sur une table spéciale DÉCOUVERTE DU MONDE !

 

 

 

 2013-09-20-10.43.23.jpg

 

Retour à l'accueil