« L'écrivain qui m'a le plus influencée, sans aucun doute, est Jessica Mitford. Lorsque ma grand-tante m'a offert Hons and Rebels, alors que j'avais quatorze ans, elle est instantanément devenue mon héroïne. Elle s'est enfuie de la maison pour se battre dans la guerre civile espagnole, emportant avec elle un appareil photo qu'elle avait acheté avec l'argent de son père. J'aurais aimé avoir le courage de faire une chose pareille. J'aime beaucoup le fait qu'elle ne se soit jamais départie de la vision des choses qu'elle avait à l'adolescence, demeurant fidèle à ses convictions politiques - elle était une socialiste autodidacte - toute sa vie. Je crois avoir lu tout ce qu'elle a écrit. J'ai même appelé ma fille Jessica Rowling Arantes en son honneur. » 

J.K. Rowling à propos de Jessica Mitford.

 

 

Mitford-site.jpg


 

Inédite en français, voici enfin l’autobiographie de la cinquième des célèbres sœurs Mitford.

 

Ces sœurs  hors du commun, aux destins aussi romanesques qu’opposés, qui ont fréquenté Churchill et Hitler, Lucian Freud et JFK ou encore Evelyn Waugh, ont défrayé tant de fois la chronique en leur temps qu’elles sont devenues outre-Manche un véritable mythe.

 

Jessica, étouffée par l’ennui que lui inspire la vie aristocratique de son milieu décalé des réalités, prend son existence en main et s’enfuit en Europe à l’âge de 19 ans, en 1936. On la retrouvera vendeuse de bas, immigrée aux Etats-Unis où elle tient un bar à Miami, engagée dans le communisme et la lutte pour les droits civiques dans le Sud, et l’on découvrira, au fil de pages insolentes, une rebelle honorable aux prises avec son époque agitée.

 

Jessica Mitford,Rebelles honorables, traduit de l’anglais par Pierre Guglielmina, Les Belles Lettres, collection Le goût des idées, 2014, 312 pages, 14,90 €.


 

COMMANDER SUR NOTRE SITE

 

 

« Rebelles honorables débute sur un mode plaisant, presque futile, et s’achève sur une tonalité sombre, presque menaçante. C’est un petit livre profond qui ne se départit jamais d’une désinvolture hautement revendiquée. »

 

Pierre Guglielmina, note du traducteur.

 

Retour à l'accueil