Poprhyre.jpg

 

Porphyre, Lettre à Anebon l'Égyptien, texte établi, traduit et commenté par Henri-Dominique Saffrey et Alain-Philippe Segonds (†), Paris, Les Belles Lettres, Coll. C.U.F, XCVII-92 pages, 35 €.

Fiche technique, sommaire et présentation de l'éditeur sur le site Les Belles Lettres.

 

 

Il s’agit ici de la première édition du texte du philosophe néoplatonicien, disciple de Longin et Proclus, Porphyre. Malheureusement, la lettre en elle-même est perdue mais nous en avons conservé une centaine de fragments, traduits et commentés dans cet ouvrage,  notamment grâce à Eusèbe de Césarée, saint Augustin mais surtout  à Jamblique, auteur de la Réponse de Maître Abamôn à la lettre de Porphyre. En effet, à travers un personnage énigmatique, c’est à son ancien disciple, Jamblique, que s’adresse Porphyre. Sont abordés dans cette lettre des thèmes sur lesquels ils diffèrent radicalement parmi lesquels la théurgie et la divination.

 Le texte contient d’abondantes questions de la part de Porphyre de prime abord étonnantes. Le maître semble bien peu sûr de lui. Mais c’est la méthode du philosophe qui est ici révélée : faire semblant d’interroger pour mieux jeter le doute sur l’efficacité des pratiques religieuses traditionnelles, car pour lui, nul besoin de rites, c’est par la philosophie que l’on atteint dieu.

Cette lettre ne prend alors son intérêt que si on la met en regard avec la réponse de Jamblique, plus connue sous le titre de De Mysteriis dont une nouvelle édition traduite et commentée est à paraître aux Belles Lettres. 

Mélanie Mougin.

Retour à l'accueil