ordineggm.gif

 

Ce petit livre édité par les Belles Lettres, tient à la fois de la littérature et de l’art, et sa construction est riche de mises en abîmes du portrait : portraits de García Márquez en tant que modèle du peintre Franco Azzinari, portrait de García Márquez le romancier par l’écrivain Nuccio Ordine, et l’écho saisissant entre le romancier et ses personnages compagnons de « soledad », ceux de Cent ans de Solitude .
C’est ainsi que nous lecteurs, nous laissons guider dans cette « galerie », par un exposé d’une grande clarté, au fil des 20 tableaux et leur correspondance symbolique avec les 20 sections du roman.
La magie tient au pouvoir de révélation de ces portraits, et l’émotion naît de l’enchaînement des tableaux et  plus intensément des  deux derniers, avec ce roman que Marquez lit et qui va se refermer et, à la fin de la série, de l’écrivain adossé au grand fauteuil vert et méditatif, le regard tourné vers le haut après la lecture du dernier mot.
«  Peut-être est-ce seulement quand ces dernières lignes fatidiques auront été lues que les 20 portraits de Gabriel García Márquez pourront «  capturer » son image pour la confier définitivement à la mémoire ».

 

Geneviève Moreau-Bucherie, professeur de Lettres classiques,

membre de l'équipe des traducteurs des Adages d'Erasme

et lectrice fidèle de Gabriel García Márquez.

 

 

Nuccio Ordine, Les portraits de Gabriel García Márquez, la répétition et la différence, Les Belles Lettres, 2012, 72 pages, 9,50 €.

 

 

 

Note de la librairie: Si vous voulez vous aussi participer aux notes de lecture, coups de coeur ou focus du blog de la librairie, merci de contacter Paméla Ramos: p.ramos@lesbelleslettres.com. Les auteurs des articles retenus (qui doivent être inédits) recevront un petit cadeau en guise de remerciement.

Retour à l'accueil