Agrégation d'histoire session 2016 : bibliographie

Consulter ici notre galerie bibliographique avec visuels

 

Sélection bibliographique parmi les livres disponibles à ce jour à la librairie Guillaume Budé autour du thème au programme "Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 ap. J.-C."

 

 

I. Histoire romaine

 

a) Généralités

 

 

Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C, sous la direction de Nicolas Mathieu, Presses Universitaires de Rennes, coll. Didact Histoire, broché, 2015, 351 pages, 17 €.

Le mot de l’éditeur : « Les thèmes du pouvoir, de la question politique et de l’administration de l’empire ainsi que les aspects religieux comme miroir des identités sont abordés dans ce manuel de manière synthétique et méthodologique. L’ouvrage contient également un recueil de près d’une trentaine de textes importants, des cartes spécifiques, des illustrations, une liste des ères locales et une liste des principales colonies avec correspondance entre noms antiques et noms contemporains. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Christian-Georges Schwentzel, Laurent Lamoine, Blaise Pichon, Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 ap. J.-C. (Capes. Agrégation), Armand Colin/Sedes, coll. Pour les concours. Cours Histoire, broché, 278 pages, 25 €. 

Le mot de l’éditeur : « Cinq grandes problématiques, en lien avec la recherche récente, sont mises en évidence : la construction d’un pouvoir personnel, de type monarchique, par les imperatores, notamment Jules César, puis par Auguste ; les transformations politiques conduisant de la République au principat ; l’intégration dans le monde romain, espace de paix et de prospérité ; la place de Rome et plus largement de l’Italie dans ce monde romain ; la définition de la romanité et le phénomène de la romanisation. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Sabine Armani, Giusto Traina, Le monde romain : de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C. : Capes, agrégation, cartographie Carl Voyer, Bréal, coll. Amphi Histoire, broché, 2014, 255 pages, 18 €.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Pallas 96, le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C., sous la direction de Christian Rico, Sylvie Crogiez-Pétrequin, Presses Universitaires du Mirail-Toulouse, broché, 300 pages, 25 €.

Le mot de l’éditeur : « Ce numéro reprend les actes du colloque de la SOPHAU (Société des professeurs d’histoire ancienne à l’université) qui s’est tenu à Tours sur la nouvelle question d’histoire romaine à l’agrégation. La période envisagée commence par l’accès de tous les Italiens à la citoyenneté romaine, qui révèle l’inadaptation des institutions. Elle enchaîne sur les guerres civiles, puis le Principat, et enfin la fondation de la nouvelle dynastie par Vespasien est le terme de ce programme. Sont interrogées les modalités de l’expansion de Rome dans son empire, la provincialisation, les transformations politiques, sans négliger les échanges de toute nature (commerciaux, culturels et religieux) qui se développèrent dans le bassin méditerranéen, désormais dominé par Rome. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Le monde romain de 70 avant J.-C. à 73 après J.-C., sous la direction de Jean-Pierre Guilhembet et Yves Roman, Ellipses, broché, 240 pages, 23 €

Le mot de l’éditeur : « On trouvera tout d’abord dans cet ouvrage une panoplie d’outils de travail et de révision : une présentation raisonnée des sources, les repères chronologiques essentiels, enfin un tableau géographique rappelant les étapes de la maîtrise du monde par les Romains. L’index final permet de retrouver rapidement les définitions essentielles.
Les linéaments de la problématique d’ensemble une fois déterminés, dans un très efficace tableau initial du monde romain en 70 av. J.-C., est ensuite proposée une série de chapitres synthétiques, qui traitent, chacun, selon un parti pris délibéré et conforme à l’esprit des concours de recrutement, de l’ensemble de la période au programme. Ils offrent donc un éclairage global de la question et sont organisés en trois grands volets. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Histoire Romaine, Tome I : des origines à Auguste, sous la direction de François Hinard, Fayard, 2000, 1078 pp., 40,60 €.

Présentation de l’éditeur : « Depuis le sillon tracé dans la terre par Romulus jusqu'à l'assassinat de César et l'instauration du principat par son petit-neveu Auguste, quatre éminents spécialistes dressent la grande fresque de la fulgurante hégémonie établie par la civilisation romaine sur la Méditerranée ; ils tissent la grande trame d'événements dont la connaissance s'est considérablement affinée depuis quelques décennies, l'éclairant de problématiques nouvelles, sans que jamais le récit perde de sa saveur. Au-delà du fonds commun de " culture classique " qu'il y retrouvera, le lecteur découvrira également un monde différent de celui qu'on lui a longtemps présenté. En un mot, voici une nouvelle Histoire romaine. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Danièle Roman, Yves Roman, Rome : de la République à l’Empire. IIIe s. av. J.C. – IIIe s. ap. J.C., Ellipses, collection Le monde, une histoire. Mondes anciens, 2e édition mise à jour, 2006, broché, 384 pages, 30,50 €.

Présentation de l’éditeur : «  Les Romains détestaient la monarchie. Pour eux, notamment pour les grands, elle était synonyme de tyrannie. L'attachement à la République, une république oligarchique d'un type particulier où l'égalité n'était pas celle des hommes mais celle des groupes («égalité géométrique»), était ainsi quasiment viscéral. Pourtant la République mourut, en raison de son incapacité à gouverner la Méditerranée et de son impossibilité à réduire les ambitions de quelques-uns. Il est vrai que ceux-ci avaient trouvé ailleurs, dans un Orient grec détesté à Rome, les fondements d'une idéologie nouvelle, tyrannique ou monarchique qui, bien vite, eut l'appui de la plèbe de la Ville. C'est l'histoire de cette mutation, de cette révolution romaine que raconte ce livre, étant entendu que, les grands demeurant attachés aux formes de gouvernement du passé, l'émergence, claire, d'un nouveau régime dura des siècles, avec des tentatives étonnantes d'avancée vers la monarchie absolue, comme sous Caligula ou Néron. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Georges Goyau, Chronologie de l’Empire romain, Editions Errance, broché, 2007, 299 pages, 28,40 €.

Paru en 1891, un panorama de l'histoire romaine de la victoire d'Actium en 31 av. J.-C. à la mort de Théodose en 395 : les événements, les empereurs, les usurpateurs, les généraux, les magistrats et autres personnalités politiques, militaires et religieuses. Avec des éléments historiques sur les premiers siècles du christianisme.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Catherine Grandjean, Geneviève Hofmann, Laurent Capdetrey, Jean-Yves Carrez-Maratray, Le monde hellénistique, Armand Colin, collection U. Histoire, broché, 2008, 352 pages, 34,90 €.

Présentation de l’éditeur : « Cette époque charnière entre l'histoire grecque et l'histoire romaine a longtemps été considérée comme une période de «déclin» après la période classique, mais l'historiographie récente a complètement renouvelé les approches en s'appuyant notamment sur l'archéologie et sur l'étude des transferts culturels. Elle met l'accent désormais sur la créativité et la vitalité des habitants du monde hellénistique, qu'ils soient grecs, juifs, égyptiens ou orientaux. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

b) République romaine

 

Christophe Badel, La République romaine, PUF, coll. Licence Histoire, broché, 2013, 304 pages, 15,50 €.

Une analyse historique du régime républicain de la Rome antique mettant en avant trois points essentiels : les pratiques politiques, la classe dirigeante et la culture politique.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Jean-Michel David, Nouvelle Histoire de l’Antiquité Vol. 7 : La République romaine. De la deuxième guerre punique à la bataille d’Actium 218-31 av. J.-C., Points, coll. Points Histoire, broché, 2000, 304 pages, 8,80 €.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Paul Petit, Histoire générale de l’Empire romain Vol. 1 : Le Haut-Empire. 27 av. J.-C. – 161 ap. J.-C., Points, coll. Points Histoire, broche, 1974, 320 pages, 8,80 €.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

The Cambridge Companion to the Roman Republic, edited by Harriet I. Flower, Cambridge University Press, coll. The Cambridge Companion, Second Edition, paperback, 513 pages, 30 €. 

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Eric Teyssier, Pompée. L’anti-César, Perrin, broché, 2013, 430 pages, 24 €.

Présentation de l’éditeur : « Pompée est sans conteste l'un des hommes les plus célébrés par les historiens antiques, aussi réputé que César, son plus puissant rival, et souvent plus apprécié que lui. Sa vie est une épopée suffisamment épique pour que les Romains lui attribuent le titre de Pompée le Grand alors qu'il n'a pas 25 ans. Trois fois triomphateur pour des victoires remportées sur trois continents, trois fois consul, fondateur de villes, bâtisseur à Rome, faiseur de rois, séducteur et diplomate, Pompée a un parcours effectivement digne de celui d'Alexandre. Son existence est emblématique d'une époque riche en grands hommes dont les affrontements titanesques ont pour enjeu le sort de la République romaine. Pompée sera finalement battu par César, mais son ascension fulgurante et sa chute vertigineuse révèlent les derniers soubresauts d'un régime républicain qui meurt pratiquement avec lui. Si le vainqueur des Gaules est le premier des Césars de l'Empire, Pompée demeure le dernier imperator de la République. »

COMMANDER CE LIVRE

 

Luciano Canfora, Jules César : le dictateur démocrate, traduit de l’italien par Corinne Paul-Maier, Flammarion, 3 ème édition, 2009, 496 pp., 29,40 €.

Présentation de l’éditeur : « Héros de nos manuels scolaires, modèle de nos grands hommes - de Charles-Quint à Napoléon Bonaparte, en passant par Louis XIV -, Jules César est un maillon essentiel de l'histoire politique européenne. Mais quel homme fut-il ? Dictateur, Jules César chercha toujours à asseoir son autorité sur le lien privilégié qui l'unissait au peuple. Propagateur de la culture romaine chez les populations celtes d'Europe, il fut également l'impitoyable guerrier de la campagne des Gaules, dont on relèvera le caractère génocidaire à l'époque moderne. Enfin, au faîte de sa puissance, il fut assassiné dans des circonstances qui comptent parmi les grandes énigmes politiques et psychologiques de l'histoire. Cette biographie repose sur une connaissance exhaustive des sources historiographiques anciennes, qui permet à Luciano Canfora de brosser le portrait étonnamment précis d'une personnalité complexe, dont l'entreprise de «romanisation» est à l'origine de l'Europe moderne. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Pierre Renucci, Marc Antoine. Un destin inachevé entre César et Cléopâtre, Perrin, collection Biographies, broché, 2015, 480 pages, 26 €.

Présentation de l’éditeur : « Principal lieutenant de César, il l'aide à prendre le dessus sur Pompée et à asseoir son autorité. Après l'assassinat de son mentor, il sauve Rome de l'anarchie, puis écrase les forces républicaines. Devenu le premier des Romains, il doit néanmoins partager le pouvoir avec Octave et gouverne l'Orient pendant dix ans, laissant l'Occident au futur Auguste. Avec l'aide de Cléopâtre, il bâtit une puissance redoutable et propose un modèle de gouvernement souple et décentralisé pour l'ensemble de l'empire. Cette politique scelle sa perte en servant les ambitions d'Octave qui le bat à Actium, le conduisant au suicide, suivi de celui de Cléopâtre. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

 

Crisis Management during the Roman Republic

Gregory K. Golden, Crisis Management During the Roman Republic. The Role of Political Institutions in Emergencies, Cambridge University Press, hardback, 2013, 264 pages, 75 €.

Le mot de l’éditeur : « 'Crisis' is the defining word for our times and it likewise played a key role in defining the scope of government during the Roman Republic. This book is a comprehensive analysis of key incidents in the history of the Republic that can be characterized as crises, and the institutional response mechanisms that were employed by the governing apparatus to resolve them. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Jessica H. Clark, Triumph in Defeat. Military Loss and the Roman Republic, Oxford University Press, hardback, 272 pages, 60 €

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Jean-Claude Lacam, La République romaine. Des années d'or à l'âge de sang, Ellipses, broché, 2013, 336 pages, 23 €.

Présentation de l’éditeur : « Ce livre offre un vaste panorama de l’histoire de la République romaine, saisie à l’époque de son apogée et envisagée dans son inexorable déclin.
Embrassant ainsi une période qui va du milieu du IIe siècle av. J.-C. à la mort de César, il ne s’interdit pas de rappeler quels furent les fondements de la République, comment elle naquit des cendres de la monarchie et comment elle se construisit sur le souvenir d’un passé auréolé de grandeur. Les rouages institutionnels, la mainmise aristocratique sur la vie politique ne peuvent en effet recevoir sens que de l’Histoire, telle que Rome l’a, sinon vécue, du moins recomposée. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Janine Cels Saint-Hilaire, La République romaine. 133-44 av. J.-C., Armand Colin, collection Cursus histoire, broché, 2015 (3e édition), 256 pages, 18,50 €.

Présentation de l’éditeur : « Après avoir conquis le monde, garanti la paix et la prospérité, la République est affaiblie par des luttes internes et les difficultés rencontrées par le peuple. Elle voit grandir le rôle des chefs militaires et, au début du Ier siècle, les imperatores s'affrontent en des combats qui offriront au vainqueur, César, un pouvoir toujours plus grand, vidant de leur sens les institutions républicaines et laissant la place au Principat. »

COMMANDER CE LIVRE

 

c) L’Empire romain jusqu’à 73 ap. J.-C.

 

François Jacques, John Scheid, Rome et l'intégration de l'Empire : 44 av. J.-C.-260 apr. J.-C., Volume 1, Les structures de l'Empire romain, PUF, coll. Nouvelle Clio, broché, 2010 (7e édition), 412 pages, 40 €.

Le mot de l’éditeur : « Du Haut Empire on donne volontiers une image caricaturale. Défini sans précaution comme une monarchie brutale et brouillonne, le régime du principat est considéré tantôt comme un système prédateur, tantôt comme une période idyllique de paix et de félicité, interrompue par quelques rares guerres civiles et progressivement détruite par les barbares. C’est contre ces excès que veut réagir ce livre. Le principat était indéniablement un régime autoritaire et répressif, fondé sur le pouvoir militaire et sur l’exploitation des pauvres, libres ou non libres. Mais il n’était ni une monarchie absolue, ni une simple machine impérialiste. Très souple et en mutation permanente, le régime du principat a réussi à maintenir une relative paix intérieure et à gouverner, voire à intégrer dans l’empire, sur le plan politique, social et économique, les régions, les cités et les élites de tout le monde méditerranéen. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Rome et l'intégration de l'Empire : 44 av. J.-C.-260 apr. J.-C., Volume 2, Approches régionales du Haut-Empire romain, sous la direction de Claude Lepelley, PUF, coll. Nouvelle Clio, broché, 1998 (2e tirage, 2008), 640 pages, 30,50 €.

Cette approche régionale est, d'une certaine manière, une histoire éclatée : ainsi, la Grèce, l'Egypte et la Gaule, même réunies au sein de l'Empire, restèrent des mondes très différents. Pourtant, au long de ces chapitres, on perçoit une unité de destin, liée à l'adoption de la culture dominante hellénistico-romaine et à une lente intégration dans la communis patria romaine.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Claude Briand-Ponsart, Frédéric Hurlet, L’Empire romain d’Auguste à Domitien, Armand Colin, coll. Cursus Histoire, broché, 2010 (2e édition), 223 pages, 19,70 €.

Synthèse de l'histoire politique, sociale, économique, religieuse et culturelle de l'Empire romain au premier siècle de notre ère. Elle met en lumière les mesures politiques de Domitien, l'importance croissante des provinces et détaille l'évolution de la société. Elle est complétée d'une initiation à l'exercice de commentaire de document.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Patrick Le Roux, Nouvelle histoire de l'Antiquité, Volume 8, Le Haut-Empire romain en Occident d’Auguste aux Sévères, Points, coll. Points Histoire, broché, 1998, 499 pages, 11,50 €.

Embrassant des espaces variés s'étendant de l'Ecosse au Sahara et de la Roumanie à l'Océan, en passant par les Iles de Sicile, Sardaigne et Corse, cet ouvrage propose un bilan des évolutions et des structures impériales et provinciales, ne négligeant ni la religon, ni la culture. Fait le point notamment sur les apports des recherches et leur renouvellement depuis une trentaine d'années.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Maurice Sartre, Nouvelle histoire de l'Antiquité Volume 9, Le haut-Empire romain : les provinces de Méditerranée orientale d'Auguste aux Sévères, 31 av. J.-C. -235 apr. J.- C, Points, coll. Points Histoire, broché, 1997, 496 pages, 9,10 €.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Yves Roman, Le Haut-Empire romain. 27 av. J.-C. à 235 ap. J.-C., Ellipses, collection L’Antiquité : une histoire, broché, 1998, 192 pages, 14,70 €.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Yann Le Bohec, Naissance, vie et mort de l'empire Romain : De la fin du Ier siècle avant notre ère jusqu'au Ve siècle de notre ère, Picard, collection Antiquité/synthèse, broché, 2012, 847 pages, 56 €.

Présentation de l’éditeur : « À la suite de ses précédents travaux, qui ont particulièrement illustré l'armée romaine, la Gaule et l'Afrique antique, Yann Le Bohec livre une vaste réflexion sur l'Empire romain, de sa naissance à la fin du Ier siècle av. J.-C. à sa mort au Ve siècle apr. J.-C. Il suit la chronologie pour aborder de façon thématique et pédagogique les principales facettes de cette civilisation : institutions civiles, armée, économie, société, vie quotidienne, culture et religions.»

COMMANDER CE LIVRE

 

Paul Petit, Histoire générale de l'Empire romain. Le Haut-Empire (27 avant J.-C. - 161 après J.-C.), Seuil, collection Points histoire, broché, 1974, 320 pages, 8,80 €.

Présentation de l’éditeur : « Dire la Rome impériale, selon les règles de la tradition, revient à parler d'un fou (Caligula), d'un histrion persécuteur de chrétiens et peut-être incendiaire de Rome (Néron), tandis que se profile l'énorme tête de Caracalla et que monte encore la clameur de l'amphithéâtre. Cela est vrai. Mais est-ce là toute l'histoire ? Non certainement, car la romanité impériale fut aussi faite de luttes politiques implacables, connut une société régie par des règles complexes, une économie que nous commençons à entrevoir, une culture matérielle qui ne fut pas immobile, comme on l'a cru trop longtemps. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 


Between Republic and Empire. Interpretations of Augustus and His Principate, edited by Kurt A. Raaflaub and Mark Toher, University of California Press, paperback, 1993, 550 pages, 30 €.

Un ouvrage de synthèse sur le principat d’Auguste, écrit par dix-neuf spécialistes des cinq domaines majeurs des recherches augustéennes – historiographie, poésie, art, religion et histoire politique.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Jean-Pierre Néraudau, Auguste, Les Belles Lettres, broché, 1996 (2e tirage, 2007), 416 pages, 27,40 €.

Présentation de l’éditeur : « Cette biographie du fondateur de l'Empire romain propose, à travers le récit des événements historiques, une réflexion sur les pratiques du pouvoir dont Auguste donne un exemple universel. L'oeuvre d'Auguste est considérable: héritier de César, il organise enfin l'Empire après un siècle de guerres civiles, y maintient la paix, orne Rome de grands complexes urbains. Pourtant, il n'a cessé d'avancer masqué, d'où la personnalité complexe et fascinante du personnage: un masque de douleur et de clémence pour une obstination froide et calculée. Cette biographie, la première en français depuis 1930, rend enfin justice à l'un des personnages essentiels, et pourtant assez mal connu, de notre Histoire. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Robert Etienne, Le siècle d’Auguste, Armand Colin, coll. U Histoire, broché, 1999, 328 pages, 36,60 €.

Le siècle d'Auguste, un siècle d'ambiguïtés : ambiguïté de l'homme, de ses pouvoirs, de sa succession. La propagande des hommes de lettres ne facilite pas la tâche de l'historien. Par-delà les mythes, le recueil de textes présenté ici s'efforce de cerner les réalités et les félicités du « principat » qui fonde les institutions et l'idéologie d'un régime qui dura cinq siècles : l'Empire romain.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

The Cambridge Companion to the Age of Augustus, edited by Karl Galinsky, Cambridge University Press, paperback, 2005, 444 pages, 30 €.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Ramsay MacMullen, La Romanisation à l'époque d'Auguste, traduit de l'anglais par Franz Regnot, Les Belles Lettres, coll. Histoire, broché, 2003, 316 pages, 24,40 €.

 L'auteur enquête sur les raisons qui ont conduit des peuples très divers à adopter les coutumes romaines, dans le domaine de l'art, de la religion, des loisirs, de la vie sociale et familiale... S'appuyant sur des sources archéologiques, l'historien constate que les peuples conquis ont adopté les moeurs de l'Empire librement, soutenus économiquement par ce dernier.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Lucien Jerphagnon, Les divins Césars. Idéologie et pouvoir dans la Rome impériale, Pluriel, broché, 2011 (nouvelle édition), 587 pages, 12,20 €.

 Présentation de l’éditeur : « Une observation de la politique menée au cours des siècles par les souverains que les Romains qualifiaient, depuis Auguste, de césars. Cette étude explore cinq siècles et demi de pensée spéculative, éthique, politique souvent méconnue, afin de comprendre comment a perduré idéologiquement l'Empire de Rome, modèle de nombreuses royautés à venir. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Emmanuel Lyasse, Tibère, Tallandier, 2011, 302 pages, 19,90 €. 

Empereur malchanceux, Tibère a été mésestimé par son beau-père Auguste, trompé par son épouse Julie, trahi par ses ministres et sa mère et incompris par ses contemporains. Un siècle après sa mort, il est calomnié par l'historien Tacite. E. Leysse tente de redresser ce portrait en se concentrant sur les qualités reconnues à Tibère : soucieux du bien public, peu sanguinaire, etc.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Pierre Renucci, Caligula, Perrin, coll. Tempus, broché, 2011, 362 pages, 9 €.

Sans chercher à réhabiliter un personnage qui conservera toujours une part de mystère, l’auteur en propose un portrait nuancé, débarrassé de la légende noire. Non celui d’un monstre, mais celui d’un homme aux prises avec la monstruosité du pouvoir. 

COMMANDER CE LIVRE

 

Barbara Levick, Claude, traduit de l'anglais par Isabelle Cogitore, Infolio, coll. Memoria, broché, 2002, 316 pages, 28,90 €.

Avec cette nouvelle approche du règne de Claude, Barbara Levick remet en cause les buts et les activités de l'empereur, quant au développement constitutionnel, politique et économique de Rome, et enquête aussi sur les limites du pouvoir impérial et les intrigues politiques et domestiques qui ont pu l'entraver.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Miriam T. Griffin, Néron ou la fin d’une dynastie, traduit de l'anglais par Alexis d'Hautcourt, Infolio, coll. Memoria, 2002, broché, 367 pages, 28,90 €.

Le mot de l’éditeur : « L’étude circonstanciée et très documentée de Miriam T. Griffin sur le règne de Néron comporte aussi bien une narration chronologique des événements qu’une analyse des raisons qui provoquèrent sa chute, l’échec d’un homme qui n’a pas supporté la pression qu’exerçait sur lui son rôle d’empereur. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

II. Histoire politique et institutionnelle.

 

 

Claude Nicolet, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Gallimard, coll. Tel, broché, 1989 (2e édition revue et corrigée), 543 pages, 12,50 €.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Les cités de l'Occident romain : du Ier siècle avant J.-C. au VIe siècle après J.-C., documents, documents traduits et commentés par François Jacques, Les Belles Lettres, coll. La Roue à Livres, broché, 2012, 261 pages, 25 €.

Ce recueil réunit un grand nombre de documents (textes d'inscriptions, monnaies, témoignages archéologiques, oeuvres littéraires...), traduits et largement commentés, qui permettent de comprendre le fonctionnement des institutions municipales de l'Occident romain.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Paul Veyne, Le pain et le cirque : sociologie historique d'un pluralisme politique, Seuil, collection Points Histoire, 1976 (2e édition, 1995), broché,  889 pages, 10,70 €.

Dans cet essai référent destiné également aux non-spécialistes de l’antiquité, Paul Veyne dresse une histoire sociologique de l’évergétisme, c’est-à-dire du don à la collectivité, phénomène essentiel pour la compréhension des relations politiques et sociales dans le monde antique. Traitant des libéralités des sphères impériales et oligarchiques romaines comme de l’évergétisme dans les cités grecques, sur une période s’étendant de 300 avant J.C. à 300 environ après J.C., Le pain et le cirque en détaille les mécanismes, les fonctions, les réseaux, les acteurs et bénéficiaires, etc.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Léon Homo, Les institutions politiques romaines, Albin Michel, collection L’évolution de l’humanité, 1970, broché, 480 pages, 7.05 €.

« Avec raison Léon Homo insiste beaucoup, dans ce livre, sur ce qui différencie profondément Rome des cités grecques. Tandis que ces dernières visaient à la démocratie et en ont laissé le goût à la postérité, l'héritage de Rome est - avec le droit, évidemment - un modèle parfait de l'empire militaire et de l'organisation administrative. Double héritage, qui fut décisif pour l'Occident ». Paul Chalus, préface.

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Eugen Cizek, Mentalités et institutions politiques romaines, Fayard, broché, 1991, 408 pages, 28 €.

Présentation de l’éditeur : « Dans l'ensemble bien connues depuis longtemps, les institutions politiques de Rome ont été décrites mais moins souvent expliquées; Eugen Cizek porte sur elles un regard anthropologique neuf qui les éclaire de l'intérieur. Ce qui bien sûr les rend plus intelligibles. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Sabine Lefebvre, L'administration de l'Empire romain. D'Auguste à Dioclétien, Armand Colin, collection Cursus histoire, broché, 224 pages, 19,70 €.

COMMANDER CE LIVRE

 

Administrer les provinces de la République romaine, sous la direction de Nathalie Barrandon, François Kirbihler, Presses universitaires de Rennes, collection Histoire, 2010, broché, 220 pages, 16 €.

Présentation de l’éditeur : « Cet ouvrage propose une mise au point fructueuse sur la gouvernance de l’empire romain d’époque républicaine, notamment sur la répartition des compétences entre le Sénat, les magistrats et le peuple. Il fait état des dernières avancées de la recherche française et internationale tout en apportant des regards originaux sur le cas de l’Égypte ou sur les textes de Diodore de Sicile et d’Appien, deux provinciaux de culture grecque face aux réalités de la domination romaine. »

COMMANDER CE LIVRE

 

Les gouverneurs et les provinciaux sous la République romaine, sous la direction de Nathalie Barrandon, François Kirbihler, universitaires de Rennes, collection Histoire, 2011, 304 pages, 22 €.

Présentation de l’éditeur : « Cet ouvrage permet de mieux connaitre concrètement l’administration des provinces de la République romaine par la prise en compte simultanée des textes littéraires, des inscriptions et de l’archéologie, Il regroupe en quelques grands thèmes les articles de spécialistes des provinces romaines, avec un souci de casser les divisions géographiques entre l’Est et l’Ouest et de voir l’originalité de l’action de certaines personnalités, qui ont pu revêtir un caractère d’exemplarité. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Yves Roman, Empereurs et sénateurs. Une histoire politique de l’Empire romain, Fayard, broché, 2001, 552 pages, 25,40 €.

Présentation de l’éditeur : « Quinze ou dix-huit siècles plus tard, nous demeurons prisonniers de l'image qu'ont voulu donner de leur temps les historiens à la solde de l'aristocratie romaine. Voilà pourquoi ils nous présentent sous le jour le plus noir les empereurs, presque tous accusés de débauche, de cruauté, voire de folie... Ce n'est qu'en relisant attentivement toutes les sources littéraires et en les confrontant avec d'autres documents qu'on finit par soupçonner quelque chose de louche. À partir de là, beaucoup de mystères s'éclairent. Les empereurs ne furent pas tous, loin de là, des incapables acharnés à la destruction du bien public. L'égoïsme de classe, les partis pris idéologiques des sénateurs ont constamment (ou presque) attisé un antagonisme apparu avec l'empire et disparu avec lui. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Bertrand Lançon, L’Etat romain. Quatorze siècles de modèles politiques, Armand Colin, broché, 2008 (2e édition), 125 pages, 9,80 €.

Le mot de l’éditeur : « L'ouvrage propose un memento des métamorphoses de l'Etat romain au cours des grandes phases de sa longue existence. Sur 14 siècles, de la fondation de Rome (VIIIe s. a. C.) à la sortie de l'empre byzantin (VIIes. p. C), l'auteur dépeint et explique les différents modèles politiques appliqués par Rome : royauté aristocratique, monarchie tempérée ou théocratique, république oligarchique ou populaire. »

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Retour à l'accueil