Faton : 3 beaux livres à prix réduit.

Chers clients,

Vous trouverez disponibles dès maintenant dans notre librairie trois ouvrages parus chez Faton, reliés pleine toile sous jaquette, illustrés et coffret maître relieur, au prix exceptionnel de 49€.

Faton : 3 beaux livres à prix réduit.
Robert Turcan, Hadrien. Souverain de la romanité, Faton, relié sous coffret, 216 pages, 49 € au lieu de 110 €.
 
Présentation : L'empereur popularisé au XXème siècle par Marguerite Yourcenar dans ses Mémoires d'Hadrien a régné sur l'Empire romain de 117 à 138. Il succédait à Trajan, qui fut son tuteur et l'adopta avant de mourir.

Contre la politique conquérante de son prédécesseur dont il avait pu, dans ses fonctions militaires, observer les impasses, Hadrien revient à la sagesse d'Auguste et s'applique à ramener la paix dans l'Empire en stabilisant ses frontières : les fortifications de son fameux Mur en Grande-Bretagne en sont aujourd'hui encore un exemple spectaculaire.

Voyageur infatigable, Hadrien passe une grande partie de son règne à parcourir les territoires du monde romain. Cet homme de terrain respecte les traditions locales et reste attentif aux cas individuels, tout en réformant le droit et l'administration, l'esprit même des lois et la gestion des affaires au quotidien. Mais soucieux de la prospérité matérielle, l'empereur est aussi un amoureux des arts et des lettres, doué lui-même de multiples talents. Sa villa de Tibur, entre autres, témoigne de son goût pour l'
architecture. Et combien de portraits a-t-il commandés pour immortaliser la beauté de son favori, Antinoos, disparu très jeune et bientôt l'objet d'un véritable culte ? Enfin et surtout, cet esthète est un homme curieux des mystères du monde et de la diversité des religions.

Ses interrogations renvoient à l'esprit d'une époque, que Robert Turcan, historien latiniste et spécialiste de la religion romaine, scrute ici à travers les données de la tradition écrite et d'une iconographie abondante. Sa relecture critique des documents éclaire pour la première fois toutes les facettes d'un personnage réputé "inconstant, multiple, multiforme", en réalité souverain remarquable qui permit que d'autres empereurs mémorables lui succèdent : Antonin le Pieux et Marc Aurèle.

 

Faton : 3 beaux livres à prix réduit.
Faton : 3 beaux livres à prix réduit.
Robert Turcan, Constantin en son temps. le baptême ou la pourpre ?, Faton, relié sous coffret, 320 pages, 49 € au lieu de 110 €.
 
Présentation : Le règne de Constantin fut un moment décisif pour le destin du monde : il vit l'émergence d'un empire chrétien, fondement religieux de notre civilisation occidentale.

Lorsque Constantin fut proclamé empereur en 306, le gouvernement de l'empire divisé était assuré par une tétrarchie de deux Augustes assistés chacun d'un César. Les chrétiens subissaient alors la plus dure persécution de leur histoire, décidée par Dioclétien sur l'instigation de Galère. Cependant, ce dernier publia avant sa mort en 311 un édit de tolérance.

Constantin, comme son père Constance, connaissait une part du message évangélique. Mais celui-ci n'avait guère pénétré que les milieux urbains : les institutions et le fonctionnement du pouvoir demeuraient païens dans le fond et la forme. Les convictions intimes d'un souverain romain ne pouvaient donc s'affirmer d'emblée et trop ouvertement. En revendiquant la vision de la croix avant la victoire au pont Milvius qui devait, dès 312, lui assurer la maîtrise de l'Occident, Constantin accomplit un premier geste d'affirmation chrétienne.
Faton : 3 beaux livres à prix réduit.
Faton : 3 beaux livres à prix réduit.

Robert Turcan, Le temps de Marc Aurèle (121-180). Une crise des esprits et de la paix romaine, Faton, relié sous coffret, 240 pages, 49 € au lieu de 110 €.

Présentation : Un philosophe au pouvoir ? C’était le rêve de Platon, qui s’est réalisé en 161, quand Marc Aurèle a succédé à l’empereur Antonin le Pieux. Cette promotion de la sagesse à une souveraineté absolue devait mettre un terme aux maux du genre humain...

Hélas ! Le règne de Marc Aurèle fut, pour une large part, un temps de malheurs pour le monde romain : épidémie meurtrière, crise économique et financière consécutive aux premières invasions barbares en Italie du Nord, guerres sanglantes et inexpiables durant plus de douze ans sur le front danubien. L’empereur n’était pas responsable d’une situation sur laquelle l’optimisme de son prédécesseur avait entretenu certaines illusions. Il a fait face en parfait honnête homme à la charge écrasante dont il héritait, sachant recruter des collaborateurs suivant leurs compétences (et non pas leur naissance), traitant tous les procès en juge scrupuleux, légiférant toujours avec humanitas. Mais la vie intellectuelle et religieuse de l’Empire avait subi les effets d’une débilitante sécurité, avant les contrecoups qui mettaient fin à la fameuse « paix romaine », et l’art contemporain s’en est fortement ressenti.

Né en 1929, ancien élève de l'École Normale Supérieure, puis membre de l'École française de Rome,
Robert Turcan a enseigné à l'Université de Lyon, puis à la Sorbonne (Paris IV). Il est depuis 1990 membre de l'Institut. Il a publié différents ouvrages sur l'iconographie antique et les religions du monde romain, notamment Les sarcophages romains à représentations dionysiaques, Mithra et le mithriacisme, Héliogabale et le sacre du Soleil, Les cultes orientaux dans le monde romain, L'art romain dans l'histoire, Rome et ses dieux, Messages d'outre-tombe, Liturgies de l'initiation bacchique à l'époque romaine.

Faton : 3 beaux livres à prix réduit.
Retour à l'accueil