Maxime, Des initiatives. Extrait.

Maxime, Des initiatives, texte établi, traduit et annoté par Nicola Zito, Les Belles lettres, Collection des Universités de France série grecque, broché, XCVII - 336 pages, 33 €

 

Le Perì katarchôn (Des initiatives) est un poème astrologique qui traite de l'influence de la Lune et des signes zodiacaux sur l’issue d’activités humaines telles que les voyages, les mariages, les opérations chirurgicales, l’éducation des jeunes gens ou l’agriculture.

D’après la Souda (μ 174) l’auteur du Perì katarchôn serait ce même Maxime qui fut également philosophe néoplatonicien et maître de l’empereur Julien l’Apostat (361-363 après J.-C.) ; c’est au jeune souverain que le poème aurait été dédié par son mentor, de même qu’un traité Des objections irréfutables, un traité Des nombres, un commentaire à Aristote, et d’autres ouvrages dont l’auteur de la notice biographique ne cite pas les titres. L’exactitude de ces informations a toutefois été mise en doute, car le didaskalos de l’empereur Julien est connu d’habitude comme Maxime d’Ephèse, alors que la Souda dit Maxime "d’Epire ou de Byzance".

 

Extrait : « Du mariage

Si c’est d’un mariage plein de désir que tu souhaites jouir, et que tu veux conduire dans ton alcôve une épouse docile, observe la course oblique de la Déesse encornée : si elle se trouve dans le Sagittaire lui-même ou dans les Poissons, voyageurs des flots, ou si c’est autour du signe du Verseau qu’elle se montre, tu concluras un mariage constamment heureux, qui n’apporte à ta maison ni coups, ni insultes affligeants, ni pénibles querelles, qui rendent vite odieuse une compagne, même sage, à l’homme, même amoureux. Ses propos seront au contraire aimables, judicieux son esprit, nobles ses occupations : pendant ces jours-là, apportant une dote somptueuse, qu’il l’introduise donc chez lui comme maîtresse légitime de sa maison, l’homme qui déteste la solitude et l’indépendance !

Si, brillant dans la nuit, elle occupe les étoiles du glorieux Bélier, ou qu’elle passe sur le Taureau bien encorné, ne va pas briguer un hyménée opulent, car l’éclat de Séléné aux illustres coursiers ne procurera à ce moment-là qu’une affection vite fanée et une instabilité capricieuse, et, par l’oubli d’un amour et d’une couche immaculés, elle fera que la concorde abandonne le lit conjugal et oublie l’époux : c’est pourquoi je te prescris de prendre garde, quand, dans le chemin du Bélier qui regarde en arrière, sous sa splendeur tu verras rougir Méné au bandeau d’or.

Si c’est le même chemin que les filles d’Atlas qu’elle parcourt, ou si c’est dans les Hyades de Méonie qu’elle se manifeste — celles qui s’avancent sur le Taureau de Sidon, dont les cornes sont grandes et les mugissements profonds — et que tu te disposes à conduire chez toi une fiancée — les bras chargés de cadeaux, la volupté dans ses yeux noirs — c’est une joie pour tes voisins cruels que tu épouses là, avec ta couche orageuse, à partager avec des inconnus, car elle ne saurait se contenter des étreintes d’un seul homme, la femme épousée en ces jours-là, pas même si elle était douée de la constance admirable de la fille d’Icarios (Pénélope), ou d’Évadné, épouse de Capanée, ou de la fameuse Arsippé (Alceste), ou de Laodamie elle-même, qui toujours pour son époux ... Toutes les bonnes mœurs des femmes, en effet, elle les disperse, la fille de Théia aux cheveux d’or, quand elle est montée sur le Taureau.

Si c’est dans les Gémeaux de Thérapnai qu’elle bondit, au deuxième jour songe à te marier, car elle fera la prospérité de ta maison, la compagne que tu conduiras dans ton palais.

Qu’elle ne se trouve pas dans le Cancer rougeoyant, car bien vite l’épouse s’échappera du palais détestant son mari, l’insultant sans cesse et se précipitant comme une forcenée !

Si d’aventure c’est à la parure d’étoiles du Lion de Némée que la vierge fille de Théia apporte sa très brillante splendeur, elle est outrecuidante et irascible la femme qu’obtiendra l’homme. Elle se complaira de son intransigeance, et son époux ne la rendra pas docile ni par des paroles ni par des gestes, mais sans trêve à longueur de journée elle lui taillera des croupières par des propos injurieux et elle en viendra aux coups ! Il est vain de discuter avec elle, inutile d’agir : souvent même elle porte les mains sur son compagnon, lui arrachant les cheveux, ou lui battant aveuglement la figure de ses poings, ou lui déchirant la tunique !

Si la brillante Déesse fille d’Hypérion se montre parmi les Épis de la fille d’Astraios, la Vierge au beau visage, c’est à une veuve que selon moi tu devras te disposer à t’unir ; une vierge, évite-la, car c’est d’une vie de souffrance qu’elle et son époux vont se repaître jusqu’à la fin de leurs jours.

Si donc c’est dans le signe des Pinces qu’elle se montre, il ne convient pas de conduire chez soi une épouse légitime ; une esclave sera beaucoup plus agréable comme concubine, car c’est ainsi que cette constellation, sous une sinistre nécessité, substitue un lit inconvenant aux rites nuptiaux.

Si la Toute-Brillante rencontre le Scorpion lui-même, douloureux comme grêle, au premier jour épouse une vierge : elle aura un caractère doux, sera raisonnable et laissera guider son âme sensible. Mais si c’est au deuxième jour, ou qu’on va vers le troisième, elle ira jusqu’à s’unir aux vils esclaves.

Si Méné s’approche du glorieux Capricorne, à qui se marie pour la première fois elle n’apporte que douleur, peine et malheur ; mais si c’est un deuxième mariage que conclut l’homme, cela ira mieux, si Méné lui accorde pour compagne une veuve douée de tous les attraits.

Quand Séléné est en conjonction avec le Soleil (Nouvelle Lune), ne conduis pas ta fiancée dans ton palais, ni en plein milieu du mois (Pleine Lune), car le mariage ne serait pas avantageux ces jours-là.

Observe si c’est avec de bonnes étoiles qu’elle décrit son orbite, avec Phaéthon glorieux (Jupiter) ou avec la resplendissante Étoile du matin (Vénus) ou avec le célèbre enfant de Maia à la riche tunique (Mercure), car sa conduite procurera à ton existence bonne renommée et joie, et elle donnera douceur et grâce de ses actions vertueuses. » p. 5-8.

 

COMMANDER CE LIVRE

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur Maxime et son poème astrologique, venez à notre prochaine soirée qui aura lieu mercredi 8 juin à 19h.

Maxime, Des initiatives. Extrait.
Retour à l'accueil