Jean-Pierre Gueno, Paroles de Verdun, Perrin, coll. Tempus, broché, 416 pages, 9 €.

 

 

Du 21 février au 18 décembre 1916, ce fut l'« enfer de Verdun ».
La bataille conduite par Pétain sera un revers terrible pour l'armée allemande, mais surtout une catastrophe humaine sans précédent avec ses 300 000 morts. Sur 95 divisions que comptait l'armée française, 70 furent engagées. Les lettres témoignent des souffrances des « poilus », de la boue des tranchées, de la faim, la soif, du désespoir, de la mort qui les côtoie à chaque instant, mais aussi des brimades hiérarchiques et de l'incapacité de certaines élites militaires à diriger. Qu'ils soient paysans, violonistes ou officiers, on y lit la bravoure de ces hommes, à la fois victimes et héros.

 

Extrait :

 

«Verdun, 15 juillet 1916, 4 heures, soir

 

Mes chers parents,

Je suis encore vivant et en bonne santé, pas même blessé alors que tous mes camarades sont tombés morts, ou blessés aux mains des Boches qui nous ont fait souffrir les mille horreurs, liquides enflammés, gaz lacrymogènes – gaz suffocants – asphyxiants, attaques… Ah ! Grand Dieu, ici seulement c’est la guerre. Je suis redescendu de première ligne ce matin. Je ne suis qu’un bloc de boue et j’ai dû faire racler mes vêtements avec un couteau car je ne pouvais plus me traîner, la boue collant mes pans de capote après mes jambes… J’ai eu soif… pas faim… J’ai connu l’horreur de l’attente de la mort sous un tir de barrage inouï… Je tombe de fatigue… Je vais me coucher, au repos dans un village à l’arrière où cela cogne cependant, voilà dix nuits que je passe en première ligne. Demain les autos emmènent le reste de mon régiment pour le reformer à l’arrière, je ne sais encore où. J’ai reçu à mon retour ici vos lettres et le colis. Merci. J’ai sommeil, je suis plein de poux, je pue la charogne des macchabées. Je vous écrirai dès que je vais pouvoir. Soyez donc tranquilles. J’espère que le gros coup pour nous a été donné. Bonne santé, et je vous embrasse bien affectueusement.

 

Georges Gallois

Ne m’envoyez plus de colis. » (p. 131-132)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel Bernard, Visages de Verdun, Perrin / Ministère de la Défense, relié, 200 pages, 29 €


Qu'est-ce que la France ? A cette question, Verdun apporte la plus bouleversante et la plus précise des réponses. Trois cent mille soldats français et allemands sont morts pendant les trois cents jours de la bataille de Verdun, entre les mois de février et décembre 1916. A l'échelle démesurée de la Grande Guerre, ce n'est pas si important, rapporté au paysage de Verdun, à cet amphithéâtre de sombres collines que le regard embrasse en un instant, c'est vertigineux. Nul ne peut prétendre connaître la France et ce qui fait le fond de notre pays, ce peuple très ancien et mêlé qui vit là, au bout de l'Europe, s'il n'a posé son regard sur cet horizon de bois élevés qui s'appellent le Mort-Homme, la cote 304, Douaumont, Vaux, Fleury, le bois des Caures... Nul ne peut comprendre la relation singulière qui s'est nouée ici entre la France et l'Allemagne, s'il n'a vu sous l'Ossuaire les restes mélangés de leur commune humanité, témoignage d'une commune souffrance. Il s'est passé là quelque chose qui traverse le temps. Visages de Verdun en dévoile l'âme par la conjugaison de photos inédites et d'un récit prenant.

 

COMMANDER CE LIVRE

Verdun : nouveautés et beaux livres du centenaire
Verdun : nouveautés et beaux livres du centenaire
Verdun : nouveautés et beaux livres du centenaire

 

 

 

 

Verdun par ceux qui l'ont vécu, L'Illustration, édition établie Jean-Louis Festjens, préface Jean-Sébastien Baschet, M. Lafon, relié, 143 pages, 25,95 €.

 

La bataille de Verdun résume à elle seule toute la Première Guerre mondiale. Durant presque un an, du 21 février au 9 décembre 1916, plus de 2 millions d’hommes, Allemands et Français, s’y affrontent dans la boue des tranchées, sous un déluge de milliers de tonnes d’obus. Plus de 700 000 hommes y sont tués ou blessés, sans aucun résultat, si ce n’est que l’ampleur démesurée des moyens en hommes, munitions et artillerie déployés en vain par les Allemands – qui ne parviennent ni à réaliser la percée escomptée, ni à prendre Verdun, ni même à mettre l’armée française à genoux – les prive après Verdun de toute réserve et les contraint dès janvier 1917 à la défensive. Au contraire, l’armée française y remporte une victoire défensive – sans aucun gain de territoire – mais surtout s’y forge, sous le fer et le feu, une certitude, résumée par le fameux ordre du jour de Pétain : « On les aura ! »

Au jour le jour, les archives exceptionnelles de L’Illustration relatent par les textes d’analystes, d’écrivains et de combattants, par des photos irremplaçables, des dessins réalisés sur le vif, ou même des bandes dessinées humoristiques, ce que fut cette bataille titanesque. Les témoignages exceptionnels des deux commandants en chef sur le terrain – Pétain et le Kronprinz Guillaume – écrits en 1928 pour le 10e anniversaire de l’armistice donnent une valeur historique à cet ouvrage sans précédent.

 

 

COMMANDER CE LIVRE

 

Verdun : nouveautés et beaux livres du centenaire
Verdun : nouveautés et beaux livres du centenaire
Verdun : nouveautés et beaux livres du centenaire

Nous vous conseillons également :

 

 

Jean-Paul Viart, Verdun. La plus longue et sanglante bataille de la Grande Guerre, Larousse, coll. Les dossiers de l'histoire, relié, 98 pages, 9.95 €

 

 

Une synthèse fort illustrée sur la bataille de Verdun, l'une des plus sanglantes de la Première Guerre mondiale, et sur le quotidien des soldats.

 

COMMANDER CE LIVRE

 

 

 

Antoine Prost et Gerd Krumeich, Verdun 1916. Une histoire franco-allemande de la bataille, Tallandier, coll. L'histoire, broché, 320 pages, 20,90 €.

 

 

Deux historiens, l'un français et l'autre allemand, retracent l'histoire de la bataille de Verdun, la plus longue et dévastatrice des opérations militaires de la Première Guerre mondiale. Ils interrogent les raisons de la création d'un mythe dans la mémoire collective française autour de cet événement.

 

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Daniel Costelle et Isabelle Clarke, Apocalypse. Verdun, Flammarion, relié, 175 pages, 29,90 €.

 

 

A partir de photographies colorisées provenant du centre d'archives de la Défense, cet ouvrage dévoile les dessous de la bataille de Verdun, des opérations allemandes jusqu'aux conditions de vie des poilus dans les tranchées. Issu de la série documentaire télévisée Apocalypse.

 

COMMANDER CE LIVRE

Retour à l'accueil