Louis XIV

Aujourd'hui, nous commémorons la mort de Louis XIV survenue un 1er septembre 1715, il y a donc 300 ans. A cette occasion, nous vous proposons une petite sélection d'ouvrages disponibles en librairie et sur Abebooks.

 

Le siècle de Louis XIV, sous la direction de Jean-Christian Petitfils, Perrin, broché, 488 pages, 23 €. 

 

Le Siècle de Louis XIV 2015 ! Clin d’œil au chef-d’œuvre de Voltaire paru à Berlin en 1751, ce livre propose à son tour une vision globale de la grande époque louisquatorzienne. Alors que nous célébrons les trois cents ans de la disparition du Roi-Soleil, dix-huit spécialistes de la question ont répondu à l’appel de Jean-Christian Petitfils pour faire le point sur nos connaissances. Vingt et un articles sont proposés autour de sept grands thèmes : « La personne du roi », « Le royaume », « Le gouvernement », « La Cour et les hommes », « La religion », « Louis XIV et l’Europe », « Les arts et les lettres ». Chaque contribution est complétée par une bibliographie sélective. Cet ouvrage de 464 pages comporte également une solide chronologie, ainsi qu’une carte représentant nos provinces de l’Ancien Régime ; en revanche, l’ajout d’un index serait sans doute utile.

Une belle synthèse servie par une équipe prestigieuse.

 

Extrait : "Mais, au printemps, la santé du roi faiblit : on constata des étourdissements et quelques pertes de mémoire. Au mois d'août, il dut s'aliter. A partir du 12 août, les médecins déclarèrent une sciatique. Entre le 15 et le 20, il se leva encore, assista à la messe de l'Assomption, marcha jusque chez Mme de Maintenon. Mais, le 20, une tâche noire apparut à son pied, et le diagnostic de la gangrène fut confirmé le 24 août. Le 25, jour de la Saint-Louis, le roi accorda audience et donna encore des ordres et des recommandations. Le lundi 26, il vit le dauphin et prononça les paroles restées fameuses : "Mignon, vous allez être un grand roi, mais tout votre bonheur dépendra d'être soumis à Dieu et du soin que vous aurez de soulager vos peuples. Il faut pour cela que vous évitiez autant que vous le pourrez de faire la guerre : c'est la ruine des peuples. Ne suivez pas le mauvais exemple que je vous ai donné sur cela [...]." Durant la même journée, il s'entretint avec le duc d'Orléans, et enfin les officiers de sa Maison : "Je m'en vais, leur dit-il, mais l'État demeure toujours ; soyez-y fidèlement attachés, et que votre exemple en soit un pour tous mes autres sujets." Sachant sa mort inéluctable, il la considéra avec un sérenité et une soumission à la volonté divine qui suscitèrent l'admiration et témoignaient encore de la sincérité de sa foi. Les 28 et 29 août furent marqués par un léger répit ; Mme de Maintenon, qui avait déjà fait ses adieux au roi, revint de Saint-Cyr où elle s'était réfugiée, mais y repartit le vendredi 30 au soir, pour ne plus en sortir. Le roi entra dès lors dans une longue agonie, qui ne prit fin que le dimanche 1er septembre, à 8 heures du matin. "O mon Dieu, venez à mon aide, hâtez-vous de me secourir ! " furent ses ultimes paroles." p.448-449.

 

COMMANDER CE LIVRE

 

Parus récemment aux Belles Lettres : 

Jean-François Bassinet, La France de Louis XIV : le temps des absolus, 1643-1715, Les Belles Lettres, coll. Guide Belles Lettres des civilisations, 2013, 304 pages, 19 €. 

COMMANDER CE LIVRE

 

 

Patrick Dandrey, Louis XIV a dit. Mots et propos du Roi Soleil, Les Belles Lettres, 2015, broché, 474 pages, 19 €.

COMMANDER CE LIVRE

 

CONSULTEZ NOTRE GALERIE PINTEREST

Retour à l'accueil