Eric H. Cline, 1177 avant J.-C. Extrait.

Eric H. Cline, 117 avant J.C. Le jour où la civilisation s’est effondrée, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Philippe Pignarre, La Découverte, broché, 22 €

 

Autour de la Méditerranée, s'est développée à l'âge du bronze, entre 2500 et 1200 av. J.-C., une civilisation rassemblant les Minoens de Crète, les Mycéniens de Grèce, les Egyptiens, les Cananéens, les Hittites, les Assyriens, les Mitanniens, etc. Or, en vingt ans, cette civilisation s'est effondrée de façon mystérieuse : longtemps les Peuples de la mer ont été mis en cause. L'auteur enquête.

 

Extrait : «  Mais même si elle ne provoqua pas de révolte intérieure, la rupture des routes commerciales internationales pourrait avoir eu des conséquences redoutables et immédiates dans les royaumes mycéniens comme Pylos, Tirynthe et Mycènes, qui devaient importer le cuivre et l’étain nécessaires à la production de bronze, mais aussi des quantités importantes des différentes matières premières comme l’or, l’ivoire, le verre, l’ébène et la résine de térébenthine utilisée dans les parfums. Alors qu’une catastrophe naturelle, comme un tremblement de terre, pouvait entraîner une rupture temporaire des échanges commerciaux, accompagnée d’une hausse des pris, que l’on appellerait aujourd’hui inflation, une rupture permanente pourrait bien avoir été provoquée par des envahisseurs étrangers dans les zones concernées. Mais qui étaient ces envahisseurs ? Faut-il évoquer ici les Peuples de la mer ?

Au lieu des Peuples de la mer, les anciens Grecs – des historiens comme Hérodote et Thucydide dans l’Athènes du Ve siècle av J.- C. jusqu’au voyageur plus tardif Pausanias – pensaient qu’un groupe appelé Doriens était venu du nord à la fin de l’âge du bronze, et avait été à l’origine de l’âge du fer. Cette affaire a été beaucoup débattue par les archéologues et les historiens de l’âge du bronze grec ; parmi les faits pris en compte, il y a un nouveau type de céramique dite « barbare » (Handmade burnish pottery – « poterie faite à la main aux reflets dorés »). Mais au cours des dernières décennies il est devenu évident qu’une telle invasion venue du nord n’avait pas eu lieu à cette époque et que l’on n’avait donc aucune raison de retenir qu’une « invasion dorienne » avait mis fin à la civilisation mycénienne. En dépit des traditions de la Grèce classique, il est établi que les Doriens n’ont rien à voir avec l’effondrement de la fin de l’âge du bronze récent et qu’ils ne sont venus en Grèce que bien après ces évènements. […]

Par ailleurs dans le nord de la Syrie, on a trouvé de nombreux documents attestant que des envahisseurs venus de la mer avaient attaqué Ougarit à cette époque. Même si on sait peu de choses sur l’origine de ces maraudeurs, on ne peut pas exclure que les Peuples de la mer en aient fait partie. Des chercheurs ont récemment souligné que de nombreuses villes-États de la Méditerranée orientale, en particulier Ougarit, auraient pu être sévèrement frappées par le destruction des routes commerciales internationales, fragilisées par les ravages de maraudeurs des mers. » p.172-173.

COMMANDER CE LIVRE

Retour à l'accueil