Jeudi 21 mai à 18h30 : Soirée Levinas, Deleuze et Lyotard

 

Jeudi 21 mai à 18h30

 

La librairie Guillaume Budé est heureuse de vous inviter à sa prochaine soirée :

 

 

Levinas, Deleuze, Lyotard

 

Présentation-conversation avec Jean-Michel Salanskis, Corinne Enaudeau et Frédéric Fruteau de Laclos

 

 

 

A l’occasion de la parution récente de Le Concret et l’Idéal. Levinas vivant III de Jean-Michel Salanskis et Différence, différend : Deleuze et Lyotard édité sous la direction de Corinne Enaudeau et de Frédéric Fruteau de Laclos, ces derniers nous feront l’honneur de nous présenter le contenu et les problématiques de ces deux ouvrages. La soirée se poursuivra par un échange entre nos invités sur les liens unissant les personnalités et les pensées de Levinas, Deleuze et Lyotard.

 

 

Jean-Michel Salanskis, Le Concret et l’Idéal. Levinas vivant III, Klincksieck, broché, 278 pages, 35 €.

 

 Ce troisième volume de la série des « Levinas vivant » poursuit le projet d'une lecture intrépide de la pensée lévinassienne, la mobilisant pour les enjeux d’un cheminement personnel, la croisant avec les possibilités intellectuelles de la philosophie contemporaine.
La pensée directrice, cette fois, est que Levinas nous délivre la clef d’un idéalisme ne prétendant pas que les idées sont l’être véritable dont tout dérive : un idéalisme « an-ontologique », ainsi que l’explique le texte introductif du recueil. Cet idéalisme, de plus, est déclaré plus proche de la concrétude de nos existences que l’abstraction des empirismes.
L’ouvrage est divisé en trois parties. Dans la première (Levinas avec), on propose des confrontations de Levinas avec des contemporains (Heidegger, Bergson, Jankélévitch, Lyotard). Dans la seconde (Mises au point), on tente d’éclaircir ce qu’il en est du tiers et de l’historicisme chez Levinas : la première thématique donne lieu bien souvent à des interprétations insuffisantes, la seconde est le plus souvent négligée, non perçue en tout cas dans ce qu’elle a d’essentiel. Dans la troisième partie (intitulée simplement Totalité et infini), on s’intéresse à l’ouvrage du même nom : d’un côté on cherche à expliciter les éléments de doctrine épistémologique qu’il contient, de l’autre côté, on tente de rendre raison de l’énigmatique section 4, avec les thèmes de la fécondité et de l’érotique.
Tout au long du livre, on essaie de rendre palpable à quel point la pensée impossible d’autrement qu’être est proche de nous, comme une amie.

 

Différence, différend : Deleuze et Lyotard, sous la direction de Corinne Enaudeau et Frédéric Fruteau de Laclos, Encre marine, broché, 304 pages, 35 €.

Gilles Deleuze et Jean-François Lyotard sont deux figures centrales de la pensée française contemporaine. Leur connivence, née dans les années 1970 alors qu'ils enseignent à l’Université expérimentale de Vincennes, procède d’une critique partagée de l’humanisme classique, d’une distance comparable à l’égard du structuralisme, enfin d’une thématisation commune du désir et de la sensibilité. La publication, à deux ans d’intervalle, de L’Anti-Œdipe et d’Économie libidinale confirme cette proximité : les auteurs y soutiennent des positions éthiques et politiques tout aussi intempestives. On aurait pourtant tort de croire que leurs idées relèvent d’une même « philosophie de la différence », expression qui caractérise la seule entreprise de Deleuze. Dès les années 1980, Lyotard et Deleuze ont en effet divergé sur le sens à accorder à la psychanalyse, à l’œuvre de Wittgenstein ou encore à l’obligation morale.

Le propos du présent volume est de mettre à profit quarante années de recul pour confronter à nouveaux frais ces deux représentants de la philosophie française, en restituant l’héritage, l’évolution et le prolongement de leurs pensées respectives. Les contributions ici réunies déploient le large éventail des disciplines que Deleuze et Lyotard ont explorées et discutées. Elles s’intéressent aussi bien à la période de leur plus grande proximité théorique qu’à l’apparition des différends les opposant, au moment même de l’avènement, chez Lyotard, du concept de « différend ».

 

Les invités :

 

Jean-Michel Salanskis, professeur de Philosophie des Sciences, Logique et Epistémologie à l'Université de Paris X Nanterre, a travaillé dans le domaine épistémologique, sur la phénoménologie et la philosophie contemporaine, ainsi que sur la tradition juive. Il est l’auteur de très nombreux ouvrages dont les plus récents sont : Partages du sens : une présentation de l'ethanalyse (Presses universitaires de Paris Ouest, 2014), L’herméneutique formelle (Klincksieck, 2013), Le monde du computationnel (Encre marine, 2011). Les deux précédents ouvrages de la série Levinas vivant sont sortis en 2011 chez Klincksieck.

Corinne Enaudeau est professeur de philosophie au lycée Henri-IV et au lycée Janson-de-Sailly. Elle a été directrice de programme au Collège international de philosophie de 2001 à 2007. Elle est l’auteur de Là-bas comme ici : le paradoxe de la représentation, paru chez Gallimard en 1998, a co-dirigé Les transformateurs Lyotard (Sens & Tonka, 2008), et présenté Pourquoi philosopher de Jean-François Lyotard (PUF, 2012).

Frédéric Fruteau de Laclos, agrégé de philosophie, est maître de conférences à l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne et membre du Centre d'histoire des systèmes de pensée moderne. Il a publié en 2009 L’épistémologie d’Émile Meyerson. Une anthropologie de la connaissance  (Vrin),  Le cheminement de la pensée selon Émile Meyerson (Vrin), La psychologie des philosophes. De Bergson à Vernant (PUF) et plus récemment une biographie intellectuelle de Meyerson aux Belles Lettres.

 

Entrée libre. Réservation fortement conseillée au 01 44 39 84 21 ou par courriel : librairie@lesbelleslettres.com

 

 

Retour à l'accueil