Agrégation de Lettres classiques et grammaire Session 2016 : Bibliographie

Consulter ici notre galerie bibliographique avec visuels

 

Sélection bibliographique parmi les livres disponibles à ce jour à la librairie Guillaume Budé autour des œuvres et des auteurs anciens prescrits aux programmes des agrégations internes et externes de lettres classiques et grammaire session 2016.

 

Auteurs grecs 

 

A. Textes sources :

 

 

Euripide, Alceste in Tragédies, Tome I : Le cyclope, Alceste, Médée, Les Héraclides, texte établi et traduit par L. Méridier, Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, Série grecque, broché,  1926 (11e tirage, 2009), XXXIX - 409 pages, 35, 50 €.

 


Lucien, Opuscules 26-29 in Œuvres, Tome IV, texte établi et traduit par Jacques Bompaire, Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, Série grecque, broché, 2008, VII – 448 pages, 74, 10 €.

 

 

Platon, Gorgias in Œuvres complètes. Tome III, 2e partie: Gorgias – Ménon, texte établi et traduit par Alfred Croiset avec la collaboration de Louis Bodin,  Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, Série grecque, broché,  1923 (19e tirage, 2008), 369 pages, 29,50 €.

 

 

Callimaque, Hymnes in Les origines - Réponses aux Telchines - Élégies - Épigrammes - Iambes et pièces lyriques - Hécalé – Hymnes, texte établi et traduit par E. Cahen, Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, Série grecque, broché, 1922 (8e tirage, 2015), 334 pages, 35 €.

 

 B. Bibliographie complémentaire

 

 

 Silves grecques 2015-2016 : Euripide, Alceste ; Lucien, Charon, Vies des philosophes à l'encan, Le pêcheur, La double accusation, par Jacqueline Assaël, Anne-Marie Favreau, Atlande, Coll. Clefs-concours Lettres classiques, broché, 2015, 214 pages, 19 €.

Cette synthèse s'adresse aux candidats du concours externe de l'agrégation de lettres classiques. Avec des repères pour replacer les oeuvres dans leur contexte historique et littéraire, un examen des principales thématiques, des pistes de réflexion et des outils.

 

 

François Jouan, Euripide et les légendes des Chants Cypriens, Les Belles Lettres, coll. Etudes anciennes, broché, 2009, 516 pages, 55,80 €.

 Le mot de l’éditeur : « Quand débute l'Iliade, la guerre de Troie dure depuis vingt ans. Le récit en avait été fait dans une épopée en douze chants, les Chants Cypriens, aujourd'hui perdue, mais dont un sommaire tardif permet de restituer la trame. Cet immense trésor légendaire a fourni aux poètes tragiques d'Athènes une grande partie des sujets de leurs drames. Parmi eux, c’est surtout chez Euripide, grâce à ses pièces conservées et à son théâtre perdu, qu’on peut le mieux se représenter sous quelles formes s’est opérée cette transmutation de l’épopée au théâtre, dans une cité qui n’a cessé de connaître elle aussi les horreurs de la guerre. »

 

 

Lucie Thévenet, Le personnage, du mythe au théâtre : la question de l'identité dans la tragédie grecque, Les Belles Lettres, coll. Études anciennes, broché, 2009, 364 pages, 35.50 €.

En bref : « Cette synthèse montre quelle est la tension qui se crée entre les différents éléments du mythe et le passage à la scène, ainsi que dans les parcours que dessinent les réemplois des personnages mythologiques et les échos de leur trajectoires chez Eschyle, Sophocle et Euripide. »

 

 

Paul Demont et Anne Lebeau, Introduction au théâtre grec antique, LGF, coll. Le livre de Poche Références Antiquités, broché, 2008, 254 pages, 6.60 €. 

En bref : « Présentation des grandes étapes du développement du théâtre antique grec, Il décrit la genèse des spectacles en Grèce depuis les manifestations rituelles de l'époque minoenne, les représentations au siècle de Périclès, la tragédie (Eschyle, Sophocle, Euripide), la comédie (Aristophane, Ménandre) et l'influence du théatre grec jusqu'à l'époque contemporaine. Avec une chronologie. »

 

 

Claude Calame, Masques d'autorité : fiction et pragmatique dans la poétique grecque antique, Les Belles Lettres, coll. L’Âne d’or, broché, 2005, 335 pages, 37,60 €.

Le chapitre 4 de cet ouvrage traite de la narration légendaire et du programme poétique dans l’Hymne à Apollon de Callimaque.

 

Entretiens sur l’Antiquité Classique Tome XLVIII : Callimaque, sept exposés suivis de discussions, Fondation Hardt pour l’étude de l’Antiquité classique, relié, 2002, XII-324 pages, 52 €.

 

 

Benjamin Acosta-Hugues, Callimachus in Context. From Plato to the Augustan Poets, Cambridge University Press, hardback, 328 pages, 75 €.

En bref : « This study aims to situate these Callimachuses within a series of interlocking historical and intellectual contexts in order better to understand how they arose. In this narrative of his poetics and poetic reception four main sources of creative opportunism are identified: Callimachus' reactions to philosophers and literary critics as arbiters of poetic authority, the potential of the text as a venue for performance, awareness of Alexandria as a new place, and finally, his attraction for Roman poets. »

 

 

Ronald Bonan, Platon, Les Belles Lettres, coll. Figures du savoir, broché, 2014, 238 pages, 19 €.

Le mot de l’éditeur : « Le présent livre explore la cohérence de la construction platonicienne en soulignant le pouvoir qu’ont les dialogues de mettre le lecteur sur le chemin de leurs thèses et d’ouvrir l’espace argumentatif de leur discussion. Le platonisme se montre ainsi sous son meilleur jour, celui d’une philosophie en prise sur le réel. »

 

Alain Séguy-Duclot, Platon. L’invention de la Philosophie, Belin, broché, 2014, 288 pages, 22 €.

Cet essai essayant de faire comprendre la genèse et la construction de la pensée de Platon contient de nombreuses pages et références au Gorgias.

 

 

W.K.C. Guthrie, A History of Greek Philosophy Volume IV : Plato : the man and his dialogues earlier period, Cambridge University Press, paperback, 1986 (7th edition, 2000), 604 pages, 75 €.

 

Lire Platon, sous la direction de Luc Brisson et Francesco Fronterotta, PUF, coll. Quadrige Manuels, broché, 2006 (3e tirage, 2008), 270 pages, 15,50 €.

 

 

Etienne Helmer, Platon, Gorgias, Ellipses, coll. Focus sur, broché, 2011, 95 pages, 5,90 €.

Introduction à l'oeuvre de Platon, particulièrement à travers Gorgias dont le texte est présenté et analysé, avec la définition et le commentaire de l'ensemble des notions.

 

 

Arnaud Macé, Gorgias, Ellipses, coll. Philo-œuvres, broché, 2003, 95 pages, 6,50  €.

En bref : « Commentaire de Gorgias, l'oeuvre du philosophe Platon dans laquelle il s'attaque au fondement de la démocratie et esquisse une nouvelle forme de pouvoir. Propose une approche sur quatre axes : Socrate et Gorgias, les caractéristiques de l'art ; Socrate et Polos, l'impuissance de la toute puissance ; Socrate et Calliclès, l'échec de l'hypothèse hédoniste ; l'art, fondement du pouvoir politique. »

 

 

 

Frédéric Laupies, Gorgias, une leçon philosophique, PUF, coll. Major, broché, 2003, 120 pages, 8,50 €.

Propose un commentaire linéaire puis une analyse des problématiques du Gorgias.

 

 

Auteurs latins 

 

  1. Textes sources 

Tite-Live, Histoire romaine, Tome XI, Livre XXI, texte établi et traduit par Paul Jal, Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, Série latine, broché, 1977 (3e tirage, 2003)  CXLIV – 216 pages, 42,60 €.

 

 

 Quintilien, Institution oratoire. Tome VI: Livres X et XI, texte établi et traduit par J. Cousin,  Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, Série latine, broché, 1979 (3e tirage, 2015), 549 pages, 45 €.

 

 

Dracontius, Poèmes profanes VI-X. Fragments in Œuvres, tome IV, texte établi et traduit par Etienne Wolff,  Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, Série latine, broché, 1996 (2e tirage, 2002) XVI – 319 pages, 47,70 €.

 

Lucrèce, De la nature, Livre II, in De la nature, Tome 1. Livres I-III, texte établi et traduit par Alfred Ernout, Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, Série latine, broché, 1920, XXXI-252 pages, 24,40 €.

 

  1. Bibliographie complémentaire

Silves latines 2015-2016 : Tite-Live, Histoire romaine, livre XXI ; Dracontius, Poèmes profanes VI-X, fragments, par Liza Méry et Annick Stoehr-Monjou, Atlande, coll. Clefs-concours. Lettres classiques, broché, 2015, 191 pages, 19 €.

L'ouvrage s'adresse aux candidats du concours externe de l'agrégation de lettres classiques. Avec des repères pour replacer les oeuvres dans leur contexte historique et littéraire, un examen des principales thématiques, des pistes de réflexion et des outils.

 

 

Bernard Mineo, Tite-Live et l’histoire de Rome, Klincksieck, coll. Etudes et commentaires, broché, 2006, 380 pages, 33,50 €.

En bref : « Contemporain du principat d'Auguste dont il reprend les préoccupations, Tite-Live est l'auteur d'une des bases incontournables de l'histoire romaine. Mais son projet est extrêmement complexe dans son écriture, sa finalité et sa signification idéologique. Cet ouvrage tente de répondre aux questions que Tite-Live pose aux historiens. »

 

Marcel Conche, Lucrèce et l’expérience, PUF, coll. Perspectives critiques, 2011, broché, 318 pages, 29,50 €. 

En bref : « Exposé du système de Lucrèce : l'atomisme épicurien et la conception de la sagesse qui en résulte, avec un choix de textes. Pourquoi redonner vie à ce Lucrèce, si longtemps après qu’il ait vu le jour, en 1967, aux éditions Seghers ? Après la cessation d’activité des éditions Fides, il était devenu introuvable. Or, il reste, de l’avis général, la meilleure introduction à Lucrèce. »

 

 

Claude Gaudin, Lucrèce. La lecture des choses, Encre marine, 1999, broché, 290 pages, 29,50 €.  

En bref : « Comme Epicure a parcouru l'immensité de l'univers pour revenir à la détermination des choses singulières, Lucrèce refait cette odyssée dans son poème. La vision des choses comme éléments est l'aboutissement de la longue histoire des philosophies de l'atome ; elle est aussi la reprise à nouveaux frais des grandes cosmogonies. »

 

 

André Comte-Sponville, Le Miel et l’Absinthe. Poésie et philosophie chez Lucrèce, Le Livre de Poche, coll. Biblio essais, broché, 2008, 243 pages, 6,10 €.

Le mot de l’éditeur : « Lucrèce, philosophe épicurien, est aussi un immense poète, comme en témoigne son De rerum natura, qui reste le chef-d’oeuvre d’un certain matérialisme. Or, il y a un paradoxe : c’est que sa poésie semble prendre perpétuellement l’épicurisme à rebours, comme si le poète, chez lui, donnait tort au philosophe – à moins que ce ne soit l’inverse. C’est ce que j’ai essayé d’exprimer […] et de comprendre. De la philosophie d’Épicure, […] peut-être la plus heureuse de toute l’Antiquité, Lucrèce a tiré le poème le plus sombre, […] le plus tragique. »

 

 

The Cambridge Companion to Lucretius, edited by Stuart Gillespie and Philip Hardie, Cambridge University Press, paperback, 2007, 368 pages, 30 €.

En bref : « In this 2007 Cambridge Companion experts in the history of literature, philosophy and science discuss the poem in its ancient contexts and in its reception both as a literary text and as a vehicle for progressive ideas. »

 

 

The Cambridge History of Classical Literature Vol. II. Latin Literature, Part 2 : The Late Republic, edited by E.J. Kenney, Cambridge University Press, paperback, 1983 (3e edition, 1996), 160 pages, 30 €.

En bref : « This volume covers a relatively short span of time, rather less than the first three-quarters of the first century BC; but it was an age of profoundly important developments, with enduring consequences for the subsequent history of Latin literature. Original and innovative in widely differing ways as was the work of Lucretius, Catullus, Sallust and Caesar in particular. »

Retour à l'accueil