Recueil des joyaux d'or. Extrait.

Après vous avoir présenté un extrait du dernier ouvrage de Hakuchô Masamune la semaine dernière, nous vous invitons à découvrir quelques poèmes issus du Recueil des joyaux d’or.

 

Recueil des joyaux d'or et autres poèmes, texte établi, traduit et annoté par Michel Vieillard-Baron. Contient la reproduction du manuscrit en fac-similé, Les Belles Lettres, coll. Japon, broché,  308 pages, 23 €

Un recueil de waka, poèmes de 31 syllabes, composés entre le VIIe et le XIIIe siècle et ayant pour thèmes l'amour, les saisons, les voyages et la fragilité de l'existence.

Extrait de la page 177 : 

 

Recueil des joyaux d'or. Extrait.

Autres parutions dans la collection : 

Haruo Satô, Mornes saisons, traduit du japonais et postfacé par Vincent Portier. Contient également La Maison de l'épagneul, L'Empreinte et Clair de lune, Les Belles Lettres, coll. Japon série fiction, broché, 272 pages, 25 €.

Un recueil de quatre nouvelles inédites où le fantastique se confronte au réel. Dans la nouvelle éponyme, jugée comme étant le chef-d’œuvre de l'écrivain, le héros part à la campagne pour fuir la ville. Il se retrouve dans un milieu qui lui semble hostile et est en proie à des visions tantôt effroyables tantôt prodigieuses.

 

 

Ogai Mori, Vengeance sur la plaine du temple Goji-in et autres récits historiques, traduits du japonais et présentés par Emmanuel Lozerand, Les Belles Lettres, coll. Japon série fiction, broché, 208 pages, 17,30 €.

Série de fictions historiques composées entre 1912 et 1915, au début de l'ère Taisho. Dans des époques réputées féodales, des héroïnes rejettent le poids des traditions pour prendre leur destin en main : une jeune fille venge son père assassiné, une autre choisit son propre époux, une femme âgée s'accorde une idylle de jeune femme, une enfant défie les autorités, etc.

 

 

Ichiyô Higuchi, La Treizième Nuit et autres récits, traduit du japonais par Claire Dodane, Les Belles Lettres, coll. Japon série fiction, broché, 186 pages, 23 €.

Cinq nouvelles de la romancière, dont La treizième nuit (une jeune femme mal mariée fait part à ses parents de son intention de divorcer), et Eaux troubles (vie quotidienne et réflexions intimes d'une prostituée d'un quartier de plaisir de Tokyo au début du XXe siècle).

 

 

Jun Ishikawa, Errances sur les Six Voies, récit présenté et traduit du japonais par Jean-Jacques Tschudin avec la collaboration de Sumi Fukui-Tschudin, postface, repères biographiques et bibliographie de Vincent Portier, Les Belles Lettres, coll. Japon série fiction, broché, 320 pages, 25 €.

Un jeu narratif entre deux mondes : celui bien documenté du Japon du VIIIe siècle et celui, plus flou, de la société contemporaine. Deux époques entre lesquelles se balade un chef de brigands attiré par le taoïsme et les pratiques occultes des ermites cachés dans les montagnes.

Retour à l'accueil